Avantages

Le plasma : 1er agent stérilisant non toxique

Un agent stérilisant est un moyen physique ou chimique mis en œuvre dans un procédé de stérilisation. Son objectif est de réduire à 0,000001% (1 sur 1 million) la probabilité de trouver des microorganismes pathogènes sur un dispositif médical.

On attend donc qu’un agent stérilisant soit biocide. Ainsi, par définition, il présente une menace pour le vivant, donc pour la santé humaine et l’environnement.

Mais grâce à Aurora, le monde de la santé dispose désormais avec le plasma d’un agent stérilisant non toxique qui ne présente pas de danger pour la santé ou l’environnement.

stérilisation à froid

La vapeur d’eau saturée : risques d’explosion et de brûlures

La vapeur d’eau saturée à 134°C est l’agent stérilisant le plus ancien et le plus connu. Il est mis en œuvre dans des autoclaves, enceintes étanches sous pression de 2 bars. Le procédé est bien maîtrisé. Il fait référence pour la stérilisation de dispositifs médicaux réutilisables dans les centres de soins et hôpitaux.

Outre sa forte consommation énergétique, il présente un danger d’explosion et de brûlures. Des questions récentes ont été soulevées à propos de son efficacité dans certaines lumières longues et étroites. Surtout, de pareilles températures endommagent beaucoup de matériaux thermosensibles. L’autoclave est donc réservé aux dispositifs médicaux robustes.

Cependant la vapeur d’eau saturée ne laisse aucun résidu. Elle ne nécessite pas de phase de désorption. Son précurseur, l’eau liquide, ne présente pas non plus de danger tant qu’elle est froide. Ce n’est pas le cas des agents stérilisants qui suivent.

Aurora Cold Plasma Sterilisation

Les rayons ionisants nécessitent la sécurité d’installations nucléaires

Les rayonnements ionisants constituent une autre famille d’agents stérilisants. Elle est composée des rayons gamma, des rayons X et des rayons beta.

L’avantage des rayons ionisants est de stériliser à froid. Ils peuvent ainsi traiter une plus large gamme de matériaux.

Les rayons ionisants stérilisent en transférant de l’énergie aux molécules qu’ils traversent. Ils endommagent ainsi les composants des cellules qu’ils traversent, créant des lésions qui peuvent provoquer la mort des cellules si la dose est assez forte.

La stérilisation aux rayons ionisants doit donc être mise en œuvre avec les précautions qui s’appliquent aux activités nucléaires. Les rayons ionisants peuvent entraîner en effet des brûlures cutanées, des vomissements et des douleurs internes. À long terme ils augmentent le risque de cancers.

L’agent stérilisant ionisant le plus courant est le Cobalt 60. Il représente 40% de la stérilisation de dispositifs médicaux à froid dans le monde. Cet isotope du cobalt est obtenu par exposition de ce métal dans le cœur de certains réacteurs nucléaires.

Dans une usine de stérilisation, la source de Co60 est isolée de son environnement par d’épais murs de béton. Elle est plongée dans une vaste piscine d’eau quand le cycle de stérilisation s’interrompt.

Les capacités ne sont pas adaptées à l’augmentation de la demande

Ces contraintes industrielles se justifient car les rayons gamma du Cobalt 60 sont les seuls qui permettent de stériliser à froid des matériaux dans leur masse. En effet les rayons gamma du Cobalt 60 sont capables de traverser des épaisseurs consistantes.

L’irradiation a pour conséquence d’altérer les chaînes de polymères. C’est un effet qui peut être désiré dans la modification de matériaux. En général c’est plutôt une conséquence qu’on veut éviter, car il produit un vieillissement accéléré des matériaux et les endommage.

En raison des contraintes industrielles, il est compliqué pour les industriels d’étendre leurs capacités de stérilisation aux rayons ionisants. La production de Cobalt 60 à l’avenir posera des problèmes car les réacteurs capables de le générer arrivent en fin de vie.

L’usage d’agents stérilisants chimiques rencontre des problèmes similaires.

Aurora Cold Plasma Sterilisation

Oxyde d’éthylène : un gaz sous pression politique

Les deux principaux agents stérilisants chimiques utilisés en stérilisation sont l’oxyde d’éthylène et le peroxyde d’hydrogène.

Ce dernier (H2O2) est bien adapté au retraitement de dispositifs réutilisables à l’hôpital et dans les centres de soins qui font eux-mêmes leur stérilisation. Moyennant quelques protections (gants et lunettes) pour éviter les brûlures cutanées et une phase de désorption afin de ne pas causer de tort au patient, on peut assez simplement mitiger sa toxicité.

Ce n’est pas le cas de l’oxyde d’éthylène (C2H4O), explosif, irritant, cancérigène et mutagène.

Utilisé encore pour la stérilisation hospitalière dans certains pays, il a été interdit pour cet usage dans les hôpitaux européens il y a 10 ans. Il est désormais réservé à la stérilisation industrielle, c’est-à-dire la stérilisation en sous-traitance de dispositifs médicaux à usage unique.

Il fait cependant l’objet d’une surveillance accrue depuis 2019, lorsque l’agence américaine de l’environnement a fermé deux usines de stérilisation à l’oxyde d’éthylène aux États-Unis, par suite de rejets dans l’environnement, jugé menaçants pour la santé des riverains. D’accord avec la FDA, ces usines ont été réouvertes à cause de désordres que les ruptures d’approvisionnement de certains dispositifs causaient dans les établissements de santé. L’emploi de l’oxyde d’éthylène est devenu un enjeu politique dans les états de l’Illinois et de la Géorgie, ainsi que pendant les élections présidentielles de 2020.

Les autorités européennes se sont jointes à ces préoccupations fin 2020, appelant de leurs vœux la diffusion de technologies de remplacement de l’oxyde d’éthylène dans la stérilisation en raison de la toxicité de ce produit.

Le plasma d’oxygène : propre et sûr

Le plasma d’oxygène Aurora est le premier agent stérilisant qui ne présente pas de danger pour la santé humaine ou l’environnement.

En effet, l’agent stérilisant d’Aurora est obtenu en transformant de petites quantités d’oxygène gazeux (O2) en plasma, via une source électromagnétique RF de faible puissance. Les espèces réactives d’oxygène ont de très courtes durées de vie (de l’ordre de la seconde tout au plus). Lorsque la source électromagnétique est coupée, le plasma se recompose instantanément en O2.

Le procédé ne pose pas de problèmes de cytotoxicité.
Les résidus des microorganismes éliminés par le plasma sont volatilisés sous forme de dioxyde de carbone ou de dioxyde d’azote, sans danger pour la santé ou l’environnement dans les quantités produites, et dans l’environnement ventilé d’un service de stérilisation.

Enfin, le procédé Aurora ne nécessite pas de source d’énergie importante : le stérilisateur Aqsaniit se branche sur une simple prise du secteur.